Enfance et adolescence

A l'exception de cas rarissime de diabète de type 2 des enfants obèses il ne s'agit que du diabète insulinodépendant.

A l'exception de cas rarissime de diabète de type 2 des enfants obèses il ne s'agit que du diabète insulinodépendant.

L'enfant ou l'adolescent diabétique est exposé à un risque de complications beaucoup plus important car son espérance de vie est plus longue.

Les conséquences psychologiques sont très importantes pour le patient et sa famille. En effet, il va falloir une prise en charge stricte, rigoureuse et traumatisante car entre régime, piqûre, surveillance et contrôle la vie du petit diabétique est tout sauf facile. Toutefois les capacités d'adaptation et les ressources psychologiques de l'enfant permettent le plus souvent un contrôle efficace de la maladie.

L'adolescence est souvent un cap délicat car l'autonomisation personnelle se double de l'autonomisation thérapeutique.

Les traitements font des progrès et l'espoir de voir arriver une insuline per os ou une thérapie génique peut aider à soutenir le moral de l'enfant qui se sent différent mais porteur d'une maladie éventuellement curable.


En résumé : le diabète de l'enfant a des conséquences psychologiques importantes pour le patient et sa famille. Les risques de complications sont accrus par l'espérance de vie. L'espoir de nouveaux traitements représente un soutien important au moral du malade.


C. Le Tallec. Enfance/Adolescence et Diabète Midi-Pyrénées. Hôpital des Enfants de Toulouse. Communiqué de presse CHU de Toulouse 20/05/2007