Les objectifs glycémiques

Les complications du diabète sucré mal contrôlé sont les micro et macro angiopathies. La glycémie, le taux de sucre dans le sang, et notamment l’HbA1c est le meilleur critère pour apprécier le contrôle de la maladie.

La diminution d’un point d’HbA1c entraîne sur 10 ans, une diminution relative d’environ 30 % des complications de microangiopathie (glomérulopathie, rétinopathie, neuropathie) et de 10 % des complications de macroangiopathie (essentiellement insuffisance coronaire).

Un traitement qui assure une HbA1c inférieur à 6 % sans risque hypoglycémique est un idéal qui préserve le malade des complications.

En pratique quand le traitement permet une HbA1c inférieure à 6,5 % on parle de diabète très bien équilibré. Si l’HbA1c est supérieur à 8 % il faut revoir la stratégie thérapeutique car manifestement le diabète n'est pas contrôlé.

Il existe toutefois des cas particuliers dont il faut tenir compte lorsque l'on fixe l'objectif glycémique.

Les personnes ayant une espérance de vie limitée peuvent se contenter d'une HbA1c inférieure à 9 % car la survenue des complications est moins probable.

Les femmes désirant avoir un enfant doivent avoir un contrôle glycémique et des objectifs très stricts. La femme enceinte est obligatoirement traitée par insuline car les antidiabétiques oraux sont contre-indiqués. Le traitement doit limiter au maximum les excursions glycémiques postprandiales et garantir une HbA1c normale car la vie du bébé est en jeu.

Les objectifs glycémiques sont donc à adapter pour chaque patient et seront obtenus à l'aide du traitement médicamenteux, des mesures hygiénodiététiques et de la pratique du sport. Il faut pouvoir utiliser ces trois éléments du traitement de façon réaliste avec un objectif glycémique adapté au patient. L'existence de complications comme micro ou macro angiopathie ou bien le risque de les voir survenir doivent imposer un objectif glycémique d'autant plus strict.

En résumé : la prise en charge efficace du diabète sucré comprend mesures hygiénodiététiques, pratiques du sport et traitement médicamenteux. Cette prise en charge doit viser idéalement une HbA1c inférieure à 6,5 %. C'est le type de patient qui fera accepter au médecin une petite latitude par rapport à cet idéal. Cet objectif thérapeutique d’HbA1c pourra être révisé par le médecin selon le profil du patient.


B. Charbonnel. Diabète de type 2 : faut-il revoir nos objectifs glycémiques ? Communication société française du diabète (ALFEDIAM) 26/07/2011