Les complications dégénératives du diabète

La toxicité du glucose pour la cellule emprunte différentes voies qui toutes aboutissent à la mort cellulaire.

Les cellules les plus exposés sont celles directement en contact avec cet excès de sucre donc les cellules qui tapissent l'intérieur des vaisseaux. Les petits vaisseaux sont plus exposés que les gros car les cellules y sont par définition moins nombreuses donc les conséquences apparaissent plus vite. Certains organes sont riches en petits vaisseaux comme la rétine, les reins, les extrémités des membres et les nerfs.

Les mécanismes intimes aboutissant à une atteinte de petits vaisseaux sont très complexes et très imbriquées.

Il faut retenir que ces lésions cellulaires contribuent à boucher les vaisseaux, le sang ne parvient donc pas à l’organe concerné qui sera détruit par asphyxie. Nous venons d'aborder ce qu'on appelle la microangiopathie.

Les cellules vasculaires des gros vaisseaux n'échappent pas à l'agression et finissent par être bouchées à leur tours. Les organes les plus touchés sont le cœur et le cerveau, nous venons de parler de macroangiopathie.

Ceci permet de comprendre que les pathologies qui agressent également les vaisseaux comme l’hypertension, l’excès de cholestérol, le tabac, accélèrent l'apparition et l'intensité des complications vasculaires.

Le diabète devient donc un facteur de risque cardio-vasculaire qui explique la forte proportion d'accidents ischémiques cardiaques et cérébraux chez les diabétiques.

Le troisième volet des complications dégénératives du diabète est la neuropathie dont le mécanisme très complexe et non totalement élucidé fait appel à la notion de thrombose des microvaisseaux irriguant les nerfs mais également un dysfonctionnement des cellules nerveuses elles-mêmes quand elles sont exposées à un excès de sucre. Le résultat est une dégénérescence nerveuse dont les conséquences les plus connues se situent au niveau des nerfs moteurs comme des nerfs sensitifs avec une perturbation des sensations et des mouvements. Ceci participe aux lésions du pied diabétique mais aussi joue sur la régulation de la tension artérielle par exemple. En fait les nerfs étant partout dans le corps c'est l'ensemble des organes et des fonctions du corps qui pâtissent de cette neuropathie.

En résumé : il y a 3 types de complications dégénératives du diabète sucré. Ce sont la micro angiopathie, la macro angiopathie et la neuropathie. Ces 3 conséquences sont dues à l’agressivité directe du sucre sur le métabolisme cellulaire des vaisseaux sanguins et des nerfs. Les mécanismes intimes de l'agression sont très complexes et non parfaitement élucidés.

DW. Foster. Diabète sucré. Harrison Principes de Médecine Interne. Flammarion médecine sciences 09/2006 (16ème édition)

G. Tchobroutsky. Diabète sucré. Traité de Médecine Godeau. Flammarion médecine sciences 2004 (4ème édition)